Accueil > Espace Parents > Sécurité > Harcèlement scolaire : vite réagir pour mieux stopper

Harcèlement scolaire : vite réagir pour mieux stopper

Le harcèlement scolaire est un véritable fléau qui peut avoir des conséquences très graves sur un enfant, comme la déscolarisation ou la dépression. Ces brimades quotidiennes, qu'elles soient physiques ou psychologiques, ne doivent pas être prises à la légère par les parents qui ont pourtant du mal à détecter le problème. Voyons quels sont les signes d'un harcèlement à l'école et les solutions à appliquer.

Le harcèlement scolaire (ou bullying) revêt plusieurs visages : violences verbales, physiques, cyberharcèlement s'il se poursuit sur les réseaux sociaux, racket... Et un parent doit être attentif à certains signes qui permettent de le détecter, afin de réagir au plus vite pour mettre fin à cette situation grave et porter secours à l'enfant victime.

Détecter les signes d'un harcèlement scolaire

Il est parfois difficile de reconnaître le harcèlement scolaire, et le parent va souvent associer un mal-être scolaire au changement que subit l'enfant et aux troubles de l'adolescence, et penser que c'est tout à fait normal. Toutefois, il convient de se concentrer sur certains détails comportementaux de votre progéniture, qui pourraient vous alerter sur un potentiel harcèlement à l'école.

S'il perd sa joie de vivre habituelle, que les récits de ses journées à l'école se font moins détaillés ou que vous réalisez qu'il est isolé (s'il n'est pas invité aux anniversaires de ses camarades ou s'il vous dit qu'il joue seul dans la cour à la récréation), cela pourrait indiquer une situation de harcèlement. Dans ce type de cas, les résultats scolaires de l'élève pourraient chuter, car il dormira mal, que le stress engendré par son harcèlement l'empêchera de se focaliser sur l'apprentissage, et que la peur de croiser ses bourreaux lui fera peut-être même sécher les cours.

En plus d'une fatigue accrue, le refus d'aller à l'école (à ne pas confondre avec la phobie scolaire) pourra se manifester et l'enfant pourrait même vous demander de l'accompagner ou d'aller le chercher à la sortie.

Si des affaires disparaissent subitement ou qu'elles se détériorent trop vite, qu'il vous demande de l'argent sous des prétextes futiles et que vous remarquez des traces de saletés ou des bleus sur son corps, il faut réagir vite pour sortir votre enfant de ce cercle vicieux.

Réagissez vite, avec les bons réflexes

Il est très important d'aborder le sujet avec lui, mais de préférence de façon indirecte. Si vous le mettez dans une situation indélicate en le confrontant, il pourrait se braquer, par honte et par peur de vous décevoir. Privilégiez une approche globale, en expliquant que vous savez qu'il y a du harcèlement dans certains établissements, que c'est un vrai souci, que vous voudriez savoir ce qu'il en est dans son école. Peu à peu, vous pourrez amener l'enfant à s'ouvrir et à mentionner certains de ses problèmes.

Ensuite, il est capital d'en parler à la direction de l'établissement ou à une personne du corps pédagogique (enseignants, infirmière, CPE…) pour qu'elle applique le protocole de prise en charge. Les protagonistes seront interrogés (séparément), des mesures de protection seront mises en place pour la victime et des punitions décidées pour les auteurs des faits, avant qu'un suivi actif de la situation ne soit lancé.

L'autre solution qui s'offre à vous pour lutter contre un cas de harcèlement, c'est de contacter l'un des deux numéros Verts mis au service des enfants, des parents ou des enseignants :
● Le 3020 se destine principalement au signalement du Harcèlement scolaire ;
● Le 0 800 200 000 est spécialement dédié au Cyberharcèlement.

Harcèlement scolaire : n'agissez pas seul !

Le harcèlement à l'école, qui se poursuit parfois sur Internet avec des moqueries sur les réseaux sociaux et des vengeances à base d'images humiliantes, peut avoir des conséquences graves, puisqu'il peut détruire la confiance que l'enfant à en lui et causer un stress post-traumatique. Il faut savoir que le cyberharcèlement représente désormais plus de la moitié des cas de bullying et que les filles sont les plus exposées.

L'important est de ne pas céder à la colère pour se lancer dans une quête vengeresse en solo. Si vous pensiez contacter directement l'enfant ou le groupe d'enfants qui maltraite le vôtre, c'est une mauvaise idée, qui pourrait envenimer la situation. Faites-vous aider ! En tant que parents, vous pourrez cependant agir via le site internet-signalement.gouv.fr, pour signaler des contenus offensants sur le net concernant votre enfant, ce qui le rassurera, avant de suivre le processus de signalisation classique.

Agissez rapidement, de la bonne façon, afin de venir en aide à votre enfant au plus vite et lui permettre de reprendre une scolarité saine et agréable, comme elle devrait l'être pour tous les élèves.

A lire ailleurs