Accueil > Espace Parents > Santé > Gaucher, droitier : mon enfant est-il bien latéralisé ?

Gaucher, droitier : mon enfant est-il bien latéralisé ?

La latéralisation est le processus par lequel un enfant va déterminer une préférence pour sa main droite ou sa main gauche. Et s'il importe peu d'être droitier au gaucher, la différence doit être marquée car une mauvaise latéralité peut causer de nombreux troubles qui affecteront la vie de votre bambin : problèmes d'écriture, mauvais sens de l'orientation, manque de coordination… Découvrons comment savoir si un enfant est correctement latéralisé et que faire pour l'aider si ce n'est pas le cas.

Qu'on soit droitier, gaucher ou ambidextre, on se demande rarement ce qui a pu déterminer le choix de notre main la plus forte et la plus agile. Pourtant, il s'agit d'un processus de développement naturel par lequel on passe tous : la latéralisation. Et celle-ci impacte sur les mouvements mais également sur nos fonctions cognitives. Il est donc capital de vérifier qu'un enfant est bien latéralisé, en observant certains de ses comportements.

Qu'est-ce que la latéralité et pourquoi elle est importante

La latéralisation est le nom donné au processus via lequel notre cerveau détermine l'hémisphère à privilégier pour nos mouvements ou nos réactions. Il peut s'agir de l'hémisphère gauche, comme c'est le cas pour la majorité des individus, qui fera d'une personne un droitier. Ou de l'hémisphère droit, plus rare, qui contrôle principalement le côté gauche de notre corps.

Cette latéralité permet d'avoir une meilleure perception dans l'espace, de développer une préférence pour l'utilisation d'un membre ou d'un autre dans la réalisation d'une action et elle permet, selon les scientifiques, d'éviter que les deux hémisphères du cerveau n'entrent en compétition.

Chez l'enfant, c'est un processus qui débute à la naissance et qui progressivement va se traduire par une préférence pour la main droite ou la main gauche. Normalement, vers l'âge de 4 ou 5 ans, l'enfant (et son cerveau) a fait son choix et vous le verrez saisir ses ustensiles, colorier ou attraper ses jouets en privilégiant l'une de ses deux mains. Il est important de surveiller cette évolution, car une mauvaise latéralité peut causer des troubles chez l'enfant, qui perdurent dans sa vie d'adulte.

Le cas des gauchers : pourquoi sont-ils en minorité ?

Pendant longtemps, les gauchers ont souffert d'une mauvaise réputation, à cause de mythes les présentant comme les suppôts de Satan, du fait qu'il s'agit d'une main impure dans certaines traditions culturelles, ou simplement car on les considérait comme des oiseaux de malheur. Cela explique l'existence de gauchers contrariés, qu'on a forcé à utiliser leur main droite en allant à l'encontre de leur latéralité. Une mauvaise pratique, désormais bien plus rare.

Si les gauchers sont moins nombreux, c'est simplement parce que chez 90% de la population mondiale, le cerveau privilégie l'hémisphère gauche pour diriger les mouvements et le langage. Si votre enfant est gaucher, c'est simplement parce que son cerveau en aura décidé ainsi et il ne faut donc pas tenter de vous opposer à cela.

En revanche, la donne est quelque peu différente chez les ambidextres, car cette caractéristique signifie que la fonction neurologique de l'enfant n'a pas permis de faire un choix total, ce qui entraîne plus souvent des soucis dans le développement du langage et de la motricité chez le petit. Seule 3 à 4 % de la population utilise ses deux mains sans distinction.

Aider son enfant à se latéraliser pour éviter des troubles futurs

Il est important d'observer le comportement de votre enfant, afin de vérifier qu'il parvient à manier les objets, à dessiner ou colorier correctement et qu'il ne fait pas preuve d'une maladresse excessive. Ce sont des facteurs qui peuvent montrer que la latéralité n‘est pas optimale, et qu'il faut guetter surtout s'il n'a pas marqué une préférence nette pour l'une de ses mains à ses 5 ou 6 ans.

Un problème de latéralisation chez l'enfant peut gêner le bon apprentissage de la lecture et de l'écriture, il cause des soucis de repérage dans l'espace (avec des individus qui confondent leur droite et leur gauche) et peut impacter l'équilibre d'une personne, même à l'âge adulte.

Pour que la latéralisation se passe bien, il est conseillé de mettre en place des jeux de mobilité, qui favorisent la concentration et la coordination des mouvements, de guider le petit dans son apprentissage de l'écriture en le laissant utiliser naturellement sa main dominante, et de réaliser des exercices impliquant un choix gauche-droite pour aider à la perception de cette notion.

Sachez que les professeurs des écoles sont désormais formés à ce trouble et qu'en cas de doute, ils seront en mesure d'informer les parents, qui pourront alors consulter un spécialiste pour faire un bilan moteur.

A lire ailleurs