Accueil > Espace Parents > Santé > Bien gérer le mal des transports chez l'enfant

Bien gérer le mal des transports chez l'enfant

Fréquent lors des longs trajets en voiture, en bus et parfois même en avion, le mal des transports se manifeste chez les enfants de 2 à 12 ans environ et il se caractérise par plusieurs symptômes. On vous propose d'en apprendre plus sur ce trouble aussi gênant pour celui qui en souffre que pour son entourage, afin de bien le gérer.

Quand les vacances se profilent, certains parents peuvent s'inquiéter du mal des transports dont pourrait souffrir leur enfant. Très désagréable pour celui qui en est atteint, cet état peut transformer la route des vacances en véritable chemin de croix. Mieux vaut donc savoir comment prévenir ce mal, avec des solutions simples à adopter.

Comment se caractérise le mal des transports chez l'enfant ?

Le mal des transports est connu sous le terme de cinétose et il correspond à l'ensemble des troubles qui apparaissent lorsqu'on emprunte un véhicule, tel que la voiture, le bus, l'avion ou le bateau. Il est dû à la différence de perception entre ce qu'on voit et ce qu'on ressent via l'oreille interne. Si ce n'est pas bien grave, c'est assez problématique, surtout quand on voyage avec un enfant.

Les plus jeunes sont les premiers touchés par ce mal – principalement entre 2 et 12 ans – et il disparaîtra ensuite, aussi vite qu'il est apparu. Durant cette vaste période, il est utile de reconnaître les symptômes qui le caractérisent pour prévenir et guérir ce malaise.

Les premiers signes du mal des transports chez l'enfant seront la pâleur et un calme inhabituel. Le petit sera silencieux, pris de somnolence et si vous n'agissez pas – en vous arrêtant par exemple – il commencera à avoir mal au cœur et envie de vomir. Vous noterez quelquefois une hyper-salivation, une respiration qui s'accélère et des sueurs froides, qui accompagnent les symptômes précédents. En général, la crise se termine par des vomissements qui peuvent être douloureux.

Les solutions pour prévenir cet état

Pour prévenir le mal des transports et vous éviter un trajet pénible, vous pouvez suivre les recommandations suivantes, pour les trajets en voiture. Adaptez-les aux autres moyens de locomotion empruntés pour minimiser les risques durant l'ensemble de vos trajets.

● Ne pas faire voyager le petit avec l'estomac vide ; préparez-lui une petite collation légère avant de prendre la route.
● Assurez-vous que votre enfant a bien dormi la veille, car la fatigue peut accroître les risques.
● Faites des pauses fréquentes, pour boire, grignoter un morceau et permettre aux petites de se dégourdir les jambes et l'esprit. S'il se fatigue un peu, c'est bien car il pourrait s'endormir pour le reste de la route !
● Ouvrez les fenêtres pour que l'air circule, ce qui diminue les risques d'états nauséeux.
● Adoptez une conduite souple en évitant les coups de volant trop brusques.
● Occupez l'enfant, avec des activités amusantes, des jeux d'observation ou des chansons.
● Évitez de le laisser toucher aux écrans (smartphone, tablette, console portable…) ou aux livres, qui favorisent le mal-être dans les véhicules.

On recommande d'avoir toujours à portée de main des sacs à vomi, pour réagir vite en cas de situation urgente. Il est intéressant aussi d'habituer le petit à se déplacer aussi fréquemment que possible en voiture, bus ou autres, car la répétition permet d'atténuer le mal.

Médicaments et traitements naturels pour réduire les risques

Si vous souhaitez pendre les devants, vous pouvez vous procurer en vente libre certains médicaments, comme le Gravol, le Mercalm ou la Nautamine, qui agissent comme des anti-nauséeux. Demandez conseil à votre pharmacien, qui vous donnera le remède le plus adapté à l'âge et au poids de votre bambin.

Sinon, il est possible d'avoir recours à certaines solutions naturelles, comme la mélisse ou la menthe poivrée, sous forme d'huiles essentielles à prendre en inhalation quand le mal se manifeste, ou la racine de gingembre connue pour ses propriétés anti-vomissements, qui peut être disponible sous forme de gélules, pour les enfants dès 6 ans.

Avec ces informations, votre prochain trajet en transport avec vos enfants sera, on l'espère, moins agité.

>> A lire aussi : les astuces des enfants contre le mal de cœur

A lire ailleurs