Accueil > Espace Parents > Éducation > Accompagner un enfant à haut potentiel

Accompagner un enfant à haut potentiel

Les enfants à haut potentiel représentent 2 à 5 % des élèves et il est important de les accompagner correctement dans leur scolarité et dans leur quotidien. Surdoués, précoces, en avance sur les autres, ils peuvent se sentir différents et cela se traduit parfois par une certaine exclusion ou des difficultés scolaires. Il faut donc identifier ces enfants qui réfléchissent différemment et leur proposer des solutions pour les aider à exploiter leur intelligence précoce.

Les termes pour désigner un enfant doté d’une intelligence supérieure à celle des enfants du même âge se sont multipliés : on parle de surdoué, d’enfant précoce, d’enfant-zèbre ou plus communément d’enfant à haut potentiel. Il est capital de repérer rapidement ce trait distinctif, pour offrir à l’enfant toutes les solutions les plus adaptées à sa condition. À la maison comme à l’école, ils requièrent une attention particulière et des méthodes de suivi précises, que nous vous présentons pour que vous puissiez aider ces enfants à s’épanouir.

Qu’est-ce qu’un enfant à haut potentiel ?

On qualifie d’enfant à haut potentiel (HP) des enfants qui se développent intellectuellement plus vite que les autres. Leur intelligence est supérieure (avec un Q.I. égal ou supérieur à 130), leur compréhension du monde en avance par rapport aux enfants du même âge et leur manière de raisonner diffère de celles de leurs petits camarades.

L’éducation nationale française a choisi les termes d’Élève Intellectuellement Précoce (EIP) pour les désigner, en regroupant dans cette catégorie ceux qu’on appelait avant les surdoués, les petits génies, les sur-efficients ou les enfants précoces.

Toutefois, les enfants à haut potentiel sont très différents les uns des autres et les recommandations suivantes devront être adaptées à l’unicité de chaque enfant. C’est la raison pour laquelle la psychologue Jeanne Siaud-Facchin préfère les appeler "enfant-zèbre", puisque comme cet animal atypique, ils ont tous des rayures uniques, ils peuvent se fondre dans le décor, mais restent très difficiles à apprivoiser.

Comment identifier un enfant à haut potentiel ?

Les caractéristiques suivantes peuvent être des signes de précocité chez un enfant, mais la liste n’est pas exhaustive. Elles peuvent se cumuler, ou bien un enfant peut ne présenter que quelques-unes d’entre elles, voire exprimer différemment son haut potentiel.

enfant violon

Pour les parents, certains signes du quotidien peuvent servir d’indicateurs pour savoir si l’enfant est bien à haut potentiel. Parmi eux, on notera une appétence particulière pour la lecture, une bonne capacité de synthèse, une grande faculté d’observation, une forte concentration sur un sujet qui lui plaît (souvent des sciences ou ce qui permet de mieux comprendre le monde), une excellente mémoire, et parfois des accès de colère face à l’échec qu’il ne supporte pas.

Si l’observation de l’enfant peut permettre de détecter son haut potentiel, il faudra vous en assurer en effectuant un diagnostic auprès d’un professionnel. De la sorte, vous pourrez adapter votre éducation et informer l’école de l’attention différente requise pour l’enfant.

Conseils pour gérer un enfant HP à la maison

Pour les parents, l’hyperactivité d’un enfant à haut potentiel peut être perturbante, car il faut faire face à des demandes constantes et au désarroi du petit qui peut se sentir différent.

La première chose à faire est de le rassurer, en lui expliquant que cette différence, bien réelle, est une force et qu’en parvenant à la maîtriser et à l’exploiter, il disposera d’un atout dans la vie. L’hypersensibilité qui peut toucher un enfant précoce fait qu’il aura un besoin de reconnaissance et d’une validation de ce décalage qu’il rencontre avec les autres enfants.

Cependant, à la maison, il ne faut pas le traiter différemment de ses potentiels frères et sœurs. Il reste un enfant avant tout et au sein de la famille, il ne doit pas avoir de passe-droits. Il faut toutefois lui accorder l’attention qu’il requiert en jouant avec lui, en invitant des amis pour qu’il ne s’isole pas et en nourrissant sa soif de savoir.

Pour cela, on vous conseille de lui installer un coin lecture dans sa chambre, où il pourra se retirer pour assouvir ses envies de découverte, et de lui acheter des livres sur les thèmes qui le passionnent, des encyclopédies ou un ordinateur pour enfant, afin de nourrir sa curiosité.

N’hésitez pas à lui proposer des activités culturelles (cinéma, théâtre, bibliothèque, médiathèque, zoo...) et à l’inscrire à un sport dans lequel il pourra se dépenser (un art martial par exemple) ou à une activité extrascolaire qui demande de la réflexion : jeux d’échecs, cours de musique, théâtre d’improvisation, etc.

enfant échecs

Recommandations pour l’accompagner à l’école

Il est important d’informer l’école de votre enfant de son statut, car le code de l’éducation prévoit des aménagements particuliers pour les IEP.

Les professeurs qui l’accompagnent devront être attentifs et proposer des activités adaptées à ses besoins et/ou lui assigner un rôle spécifique dans la classe. Il pourra par exemple aider ses camarades les plus en difficultés ou réaliser des exposés complets sur des sujets qui le passionne. De plus, il est important de lui permettre d’approfondir les cours, en lui fournissant des devoirs supplémentaires qui seront corrigés à part.

Le corps enseignant devra rester vigilant à ne pas isoler l’enfant : le cas classique est d'éviter de l’interroger sous prétexte "qu'il sait déjà". Lors des récréations, il faut l’inciter à s’intégrer aux jeux de ses camarades, à participer aux activités, pour qu’il développe sa sociabilité.

L’ennui a l’école, qui entraîne parfois des difficultés scolaires, doit être combattu autant en classe qu’à la maison en offrant à l’enfant suffisamment de sources de connaissances. Sinon, l’enfant précoce pourrait ne pas supporter la routine quotidienne, la répétitivité des exercices, et se mettre à rêvasser, à être insolent ou à perturber la classe, ce qui explique l’échec scolaire fréquent chez les enfants-zèbres.

S’il est trop en avance, il est envisageable de lui faire sauter une classe pour lui offrir un programme à la hauteur de ses capacités et lui faire fréquenter des enfants plus matures. Il est également possible de le mettre dans une école pour les hauts potentiels, proposant une pédagogie alternative.

A lire ailleurs