Accueil > Espace Parents > Éducation > Divorce des parents : comment préparer son enfant ?

Divorce des parents : comment préparer son enfant ?

Le divorce des parents est toujours une expérience douloureuse pour un enfant. Ce passage difficile peut pourtant être facilité en lui préparant une transition en douceur. Comme souvent, l'important est de bien communiquer autour du sujet. Attention pourtant à la tentation d'impliquer son enfant plus qu'il ne le faut.

Annoncer à son enfant une séparation imminente est certainement l'un des moments les plus difficiles dans la vie d'un parent. La peur d'une blessure profonde, voire d'un traumatisme, est souvent omniprésente. Un divorce peut pourtant être bien géré par les enfants. En dialoguant ouvertement, en décortiquant le processus par étapes, les turbulences peuvent être limitées pour faciliter la transition vers cette nouvelle vie.

Expliquer sans impliquer

Quel que soit l'âge de l'enfant et la situation entre les parents, annoncer et préparer à une séparation passe toujours par une bonne communication. Adapté à l'âge de l'enfant, le dialogue doit lui permettre de dissiper ses doutes, ses craintes et répondre à ses questions.

Pour faciliter la transition, on invite ainsi les plus petits comme les plus grands à poser leurs questions et à faire part de leurs sentiments face à cette situation. Après le temps de l'écoute viendra pour le parent le temps de l'explication.

Pas question d'impliquer l'enfant dans des histoires (de tromperie, par exemple) qui ne lui appartiennent pas. On se contentera d'expliquer ce que divorcer signifie, et pourquoi cela arrive. Il n'est ainsi jamais trop tôt pour faire comprendre aux enfants que la vie n'est pas un film Disney sans aspérités. On peut alors dédramatiser la situation en expliquant pourquoi c'est aussi bien ainsi. Pour quelles raisons on peut mettre un terme à une relation, pourquoi cela est parfois préférable et pourquoi la vie continue après.

Rassurer et déculpabiliser

Après ces quelques explications de rigueur, rassurer son enfant est primordial. Il faut ainsi l'aider à comprendre que les parents ne divorcent pas de leurs enfants. Petits comme grands ont besoin d'être confortés sur le fait qu'ils sont aimés et qu'ils le seront toujours à l'avenir.

Ils doivent également comprendre que ce qu'il se passe n'est pas leur faute, qu'ils ne sont pas responsables de la séparation de leurs parents ou du départ d'un des conjoints. La situation peut en effet s'avérer particulièrement difficile à gérer lorsqu'un parent abandonne sa fonction.

Enfin, si les parents peuvent et doivent exprimer leurs sentiments, il est de leur devoir de rappeler à l'enfant qu'il n'a pas à compenser ni à choisir. Ce n'est pas à lui de prendre la place laissée vacante suite au départ d'un conjoint, l'enfant n'étant pas responsable du bonheur de ses parents. Il ne doit pas non plus se sentir obligé de choisir un camp. Sa place est celle d'un enfant, sans responsabilités dans la situation.

De la visibilité pour la partie pratique

Que va-t-il se passer maintenant ? Voilà sans doute la question qui revient le plus souvent dans la bouche des petits comme des grands. Rassurer l'enfant va ici consister à lui donner de la visibilité sur l'aspect pratique de la séparation.

On peut ainsi proposer d'établir un calendrier en cas de garde alternée. Avoir une idée du programme à venir est important. L'enfant pourra ainsi se dépeindre plus facilement sa nouvelle routine. Cela fait aussi partie de cette stabilité que l'on va chercher à atteindre.

On peut également réfléchir à des projets à faire ensemble dans les mois à venir. Décorer sa chambre au domicile de chaque parent, faire une sortie à thème un week-end, aller visiter une région ou un pays durant les vacances… Les perspectives d'avenir peuvent être réjouissantes.

Il est ainsi important de montrer que si la séparation peut être un moment douloureux pour l'enfant, sa nouvelle vie sera aussi ponctuée de moments de joie et de plaisirs. Une façon de dédramatiser la situation et d'aider à comprendre que la vie de l'enfant, tout comme celle de ses parents, ne s'arrête pas le jour du divorce.

A lire ailleurs