Accueil > Espace Parents > Éducation > Enfant tyran : comment faire face s'il exige et n'obéit pas ?

Enfant tyran : comment faire face s'il exige et n'obéit pas ?

Certains jeunes enfants ont un comportement tyrannique, ce qui peut rendre le quotidien des parents très compliqué. L’enfant tyran veut commander, il ne supporte pas le refus ni la frustration et peut avoir des accès de violences verbales et physiques qui peuvent décontenancer. Il faut agir, pour reprendre le pouvoir et réaffirmer votre autorité, sans culpabiliser. On vous livre ici quelques pistes pour affronter cette situation.

Certains parleront d’enfants tyrans, d'autres de sales gosses ou de garnements mal éduqués, face à un enfant qui ne respecte pas l’autorité des adultes et particulièrement celle de ses parents. Il est important, pour ces derniers, de réagir assez vite pour ne pas se laisser déborder totalement par la situation. En identifiant le problème et en appliquant certaines des recommandations suivantes, vous serez en mesure de rétablir votre autorité. Fermeté, discussion, bienveillance, accompagnement… Les pistes sont variées et elles devraient vous aider à reprendre le contrôle.

Caractéristiques d’un enfant tyran

Bien que le terme soit assez fort pour parler d’un enfant, le qualificatif de tyran n’est pas anodin. L’enfant tyran va manifester des comportements violents, agir en manipulateur et faire des crises de colère, dès que vous vous opposez à l’une de ses envies ou que vous tentez de lui faire respecter une règle.

Un comportement de petit roi qui peut rendre le quotidien très difficile pour les parents, car l’autorité a changé de côté et c’est l’enfant qui semble décider de tout. Quand cela se produit, les parents ont tendance à culpabiliser et l’enfant en joue. Il ne supporte pas la frustration et exige, plutôt qu’il ne demande. De plus, il va désobéir à tout-va et refuser les règles établies dans la maisonnée. L’enfant sera prompt à faire du chantage affectif, à menacer, voire à tenir des propos très virulents, qui peuvent blesser ses proches sans que cela le préoccupe outre mesure.

De nombreux spécialistes s'accordent à dire qu’un comportement tyrannique cache bien souvent une forme de détresse. L’enfant cherche à exprimer un mal-être, il cache son hypersensibilité derrière des crises de larmes, ou ses angoisses dans son comportement violent.

En général, c’est à la maison que s’exprime cette tyrannie, car l'enfant est conscient de la faiblesse de ses parents, là où les autres adultes pourraient se montrer plus fermes. Il cherchera donc à les tester et à les pousser à bout. Il faut alors réagir au plus vite sous peine de mettre en péril votre couple et d’entrer dans un cercle vicieux fait de conflits parents-enfants permanents.

Les bonnes réactions face à un comportement tyrannique

La première chose à faire face à un enfant tyran, c’est de ne pas culpabiliser et de ne pas le prendre personnellement. Il n’y a pas de parents parfaits ! Vous pourrez ensuite reprendre les choses en main progressivement, en vous appuyant sur les recommandations suivantes.

L’attitude à adopter

Il faut se rapprocher de l’enfant pour comprendre ce qui le pousse à agir ainsi. Parfois, la discussion suffit, si vous parvenez à expliquer que son comportement est nuisible pour lui, pour vous et pour tous les gens qui vous entourent.

Vous devrez également faire preuve de fermeté, en appliquant les règles que vous avez définies sans négociations possibles. Même si cela vous brise le cœur quand il fond en larmes, même si cela débouche sur une crise. C’est vous qui décidez, car vous êtes l’adulte et l’enfant doit comprendre que vous êtes l’autorité première.

En cas de crise, ne cherchez pas forcément à apaiser l’enfant immédiatement. Usez de l’humour, essayez de détourner son attention via un autre sujet, ou bien laissez-le s’énerver sans intervenir. Vous pourrez en discuter plus tard en lui signifiant que son attitude déraisonnable ne permet pas de changer les choses.

Dès le départ, dans votre éducation, ne soyez pas trop laxiste, car il est difficile de reprendre les rênes quand trop de libertés ont été offertes, mais laissez une place à ses choix afin d’éviter la frustration.

fillette tetue

Ce qu’il ne faut pas faire

Si l’enfant tyran est amené à faire du chantage pour obtenir ce qu’il veut ("si tu ne me laisses pas jouer, je casse tous les jouets de ma petite sœur !"), vous ne devez pas avoir recours à cet artifice, qui ne résout le souci qu’à très court terme.

De plus, ne négociez pas, car une règle est une règle. Si vous entrez dans ce petit jeu, l’enfant pensera que toutes vos décisions peuvent être remises en cause et il n’hésitera pas à tout négocier. Cela peut également avoir un impact sur l’autorité des autres adultes, notamment à l’école, avec un enfant qui ne respectera pas les décisions prises sans son consentement.

Enfin, veillez à ne pas justifier vos décisions. L’autorité, c’est pouvoir imposer un choix qui vous semble juste en tant que parents et l’enfant n’a donc pas son mot à dire sur une décision prise pour son bien. "Mets ton manteau, mange ta soupe, éteins la console, va te coucher..." La théorie est plus simple que la pratique concrète, mais c’est ainsi que vous parviendrez à remettre les choses dans le bon ordre au sein de votre cocon familial.

Un suivi de professionnels si le problème perdure

Il arrive que certains parents soient totalement débordés face à un enfant tyran. Ce n’est pas grave et vous ne devez pas vous sentir "mauvais parents". Vous devriez toutefois accepter de vous faire aider, surtout si vous avez baissé les bras. Des professionnels de la psychologie infantile peuvent diagnostiquer le souci et vous proposer un suivi régulier, afin d’améliorer la situation. Mais vous pouvez également demander de l’aide à vos proches, notamment aux grands-parents qui peuvent représenter l’autorité absolue pour un petit.

Ce soutien externe peut vous éviter le burn-out parental, qui est l’une des conséquences d’une situation incontrôlable avec votre progéniture. Pour votre bien-être et pour éviter que l’enfant ne devienne un adulte égocentrique - comme c’est souvent le cas lorsque les enfants tyrans grandissent sans avoir été canalisés - n’hésitez pas à faire part de ce souci à votre entourage qui pourra vous épauler et vous conseiller.

A lire ailleurs