Accueil > Espace Parents > Éducation > 8 astuces pour aider votre enfant à ne plus sucer son pouce

8 astuces pour aider votre enfant à ne plus sucer son pouce

Il est fréquent que les enfants, entre 2 et 3 ans, sucent leur pouce pour se réconforter et profiter de la sensation de bien-être que procure ce geste. Si la plupart d'entre eux arrêteront naturellement de le faire, certains enfants devront être incités et accompagnés dans cette démarche. Une étape importante, pour éviter les déformations du palais ou de la dentition, ainsi que les problèmes d'élocution consécutifs à cette pratique. Voici quelques conseils pour aider votre enfant à enlever son pouce de sa bouche.

Le fait de sucer son pouce pour un enfant n'a rien de dramatique et jusqu'à 3, voire 4 ans, de nombreux petits le font. C'est une manière pour eux de se détendre, de se rassurer, avec un geste très simple à réaliser. Mais quand vient l'heure du sevrage, nécessaire pour diverses raisons, un enfant peut avoir du mal à décrocher. Le geste détente se transforme en addiction, comme un fumeur avec une cigarette, et c'est à vous de l'aider à stopper. Pour cela, il existe quelques astuces simples à appliquer.

Observer et discuter avec l'enfant

Vous devez comprendre pourquoi l'enfant suce son pouce dans l'optique de l'aider à arrêter. Est-ce seulement pour se détendre ? Pour affronter certaines angoisses ? Le fait-il après une colère ou un caprice ? Quand il s'ennuie ? Une fois la ou les causes identifiées, vous serez plus à même de l'aider à perdre cette habitude.

Parlez avec votre enfant de cet arrêt et de son importance, expliquez-lui que les bébés sucent leur pouce, que les grands garçons et les grandes filles ne le font plus, mais ne lui imposez rien. Si la décision vient de lui, en accord avec les principes de la communication non-violente, alors il l'acceptera beaucoup plus facilement.

Lui présenter cet arrêt comme un défi

Vous pouvez lui expliquer qu'à l'école, on ne suce plus son pouce et qu'il serait donc de bon ton de stopper avant la rentrée. Cela permet de fixer une date d'échéance et d'avancer étape par étape jusqu'à celle-ci. Fixez alors de petits objectifs hebdomadaires (seulement le week-end, pas de pouce pendant X temps, etc.) et gardez une trace de l'évolution, sous forme d'un tableau par exemple. L'enfant pourra y appliquer des gommettes ou faire un dessin quand il atteint une étape, ce qui devrait le motiver à poursuivre.

Occuper ses mains avec des activités

Il est difficile de se passer d'un geste réconfortant, qu'on a l'habitude de faire fréquemment. Pour pallier ce manque, vous devez proposer à l'enfant des activités ou des substituts qui l'aideront à oublier son pouce. Les activités sportives ou les jeux nécessitant les deux mains sont préconisés, afin qu'il n'ait pas l'envie d'utiliser son pouce libre, mais vous pouvez également opter pour un doudou s'il a plutôt tendance à sucer son pouce durant la nuit. Et si vous le surprenez à porter son pouce à la bouche, réagissez vite en lui proposant un jeu de main (de type "trois petits chats") qui lui fera oublier subitement son envie !

Choisir la bonne période

Exactement comme pour le sevrage de la tétine, il faut choisir le bon moment pour solliciter l'arrêt du suçage de pouce auprès d'un enfant. C'est un processus qui demande de la patience et de l'investissement de la part du parent et il est préférable d'éviter de le faire lors d'une période de grand changement pour l'enfant : l'arrivée d'un bébé dans le foyer, un divorce ou encore un déménagement.

enfant content

Préférer l'option ludique

Les enfants acceptent pas mal de choses si on transforme une contrainte en activité ludique. Il existe de nombreux livres pour enfants consacrés à l'arrêt du pouce, que vous pouvez lui lire avant de dormir. Dans ces histoires amusantes, le protagoniste découvrira l'importance de ne plus sucer son pouce pour communiquer avec les autres enfants et pourquoi cette étape le fera passer de bébé à enfant.

Une autre solution rigolote consiste à personnaliser le pouce de l'enfant en lui dessinant des yeux, une bouche, des cheveux, pour en faire un personnage qui n'aime pas qu'on le mette dans la bouche. Si cela vous demandera un certain talent d'acteur – vous incarnerez ce pouce ! –, c'est une solution efficace.

Rester positif et ne pas gronder

Même en cas de rechute momentanée, vous ne devez pas baisser les bras et surtout, ne pas montrer que vous êtes déçu ou en colère. Ce serait contre-productif et vous ne feriez que ralentir le processus, avec un enfant qui pourrait se braquer. Restez positif, expliquez-lui que ce n'est pas grave et qu'il arrivera à perdre cette habitude petit à petit, et continuez à l'encourager.

Vous pouvez aussi lui demander pourquoi il a remis son pouce en bouche, afin de l'aider à comprendre le mécanisme qui le porte à faire ça, ce qui peut l'aider à le désamorcer.

Instaurer un système de récompenses

Si vous fonctionnez par étapes, il peut être très encourageant pour l'enfant de recevoir de petites récompenses quand il atteint un palier : un jouet, des images à collectionner, ou simplement des félicitations enjouées qui l'inciteront à continuer dans cette voie. L'enfant, s'il comprend qu'il vous fait plaisir, sera plus enclin à abandonner cette habitude.

Le sevrage par le goût

C'est une méthode radicale qui consiste à appliquer un gel amer sur les ongles. Ces produits spécifiques, vendus en pharmacie, ont fait leurs preuves (en particulier chez ceux qui se rongent les ongles) et confèrent un goût amer au doigt, qui fait office de répulsif. On vous conseille de n'utiliser cette solution qu'en dernier recours, car c'est loin d'être la plus agréable !

Pourquoi un enfant doit-il arrêter de sucer son pouce assez tôt ?

On pourrait penser que sucer son pouce n'est pas si grave et qu'il est inutile de se lancer dans ce contraignant processus de sevrage. Hélas, les conséquences physiologiques et sociales qu'entraîne cette habitude peuvent être lourdes, avec notamment :

À vous de jouer pour épauler votre bambin dans cette étape difficile. Vous verrez qu'une fois qu'il ne sucera plus son pouce, vous serez aussi fier que lui !

A lire ailleurs